Human-machine cooperation in car driving for lateral safety : delegation and mutual control

Par Jean-Michel Hoc, Franck Mars, Isabelle Milleville-Pennel, Élise Jolly, Mariana Netto, Jean-Marc Blosseville
Deux expériences ont été réalisées sur piste pour évaluer les effets bénéfiques, autant que les effets négatifs à combattre, de deux principaux modes de coopération homme-machine pour la sécurisation du contrôle latéral en virage. Avec le mode de délégation de fonction, l’automate prend entièrement en charge le contrôle latéral (conduite au centre de la voie), en laissant au conducteur le contrôle longitudinal. Avec le mode contrôle mutuel, l’automate se contente de critiquer le comportement du conducteur. La première expérience a été conçue pour évaluer d’éventuels effets négatifs de la délégation de fonction sur la reprise en main du véhicule en situation d’invalidité de l’automate (contournement d’obstacle). Trois résultats principaux ont été retirés de cette expérience. En premier lieu, des difficultés de reprise en main ont été observées dans le contournement d’obstacle, avec une suspicion de négligence de la prise d’information nécessaire à la réalisation de la fonction déléguée. En second lieu, une certaine expérience du dispositif est apparue nécessaire pour atteindre un niveau acceptable de confiance et de maîtrise de l’interaction avec le dispositif. Les verbalisations révélaient encore l’élaboration d’un modèle de l’interaction avec le dispositif et la difficulté de se faire une idée précise de la répartition des fonctions entre le conducteur et le dispositif. Enfin, en troisième lieu, les styles de prise de virage des participants et du dispositif se sont avérés provoquer des interférences négatives, alors que des interférences positives étaient verbalisées en ligne droite. La seconde expérience visait à évaluer les effets bénéfiques de deux réalisations du mode contrôle mutuel, produisant une critique du conducteur quand la voiture s’écartait de plus de 60 cm du centre de la voie. Avec le mode avertissement, le conducteur entendait un son latéralisé du côté de la déviation de trajectoire et ressentait une oscillation non spécifique du volant. Avec le mode suggestion d’action, le conducteur ressentait une oscillation du volant qui l’incitait à le tourner dans le sens contraire à la déviation. Le mode avertissement s’est révélé parfois efficace dans des situations critiques où une déviation de trajectoire était provoquée par une occlusion visuelle. Le mode suggestion d’action n’a pas été concluant, notamment du fait d’une plus grande variabilité interindividuelle des effets et de conditions contextuelles défavorables. Il n’a été relevé aucun effet de contentement, ni de comportement de conformité à la norme (conduite au centre de la voie). Le contournement d’obstacle a été peu affecté par les modes de contrôle mutuel. Bien que ces résultats doivent être confirmés dans des situations plus riches et pendant de plus longues périodes de temps, s’il faut encore rester très prudent sur l’adoption du mode de délégation de fonction (contentement), relativement prudent pour le mode suggestion d’action, le mode avertissement paraît un bon candidat pour sécuriser la prise de virage.
Voir l'article sur Cairn.info