The maslach burnout inventory – Human services survey (mbi-hss): factor structure, wording effect and psychometric qualities of known problematic items

Recherches empiriques
Par Florent Lheureux, Didier Truchot, Xavier Borteyrou, Nicole Rascle
L’inventaire d’épuisement professionnel de maslach – version pour professions relationnelles : structure factorielle, effet de formulation et qualités psychométriques d’items problématiques notoires Cet article concerne la mesure de l’épuisement professionnel chez les professions à caractère relationnel par le biais de l’échelle la plus fréquemment utilisée : le Maslach Burnout Inventory – Human Services Survey (MBI-HSS). Il traite tout d’abord de sa structure factorielle (test du modèle en trois facteurs corrélés) et de la pertinence de l’inclusion ou non-inclusion de d’accomplissement personnel (réduit) dans la définition théorique de ce syndrome ainsi que dans sa mesure. En lien avec ces deux questions, sont également examinées la possibilité d’un « effet de formulation » dans les réponses obtenues (i.e., biais de mesure induit par l’usage d’items connotés négativement pour deux dimensions et par l’usage d’items connotés positivement pour la troisième), ainsi que la suppression éventuelle d’items posant régulièrement question dans la littérature. Un grand échantillon (N = 2357) de professionnels de santé français (médecins, infirmiers, aides-soignants notamment) a répondu à la version française du MBI-HSS. Un sous-échantillon (n = 1824) a également répondu au General Health Questionnaire en 12 items (GHQ-12), échelle permettant le dépistage préliminaire de troubles mineurs de l’état de santé psychologique. Une analyse factorielle exploratoire a été d’abord utilisée (méthode d’extraction des axes principaux et rotation de type oblimin direct), suivie du test de quatre modèles théoriques en analyse factorielle confirmatoire sur des versions complète (22 items) et abrégées (19, 18 ou 17 items) de l’échelle. Une procédure de validation croisée a été utilisée pour évaluer l’invariance de ces modèles sur deux sous-échantillons aléatoirement constitués. Le GHQ-12 a été utilisé afin de tester la validité nomologique des trois sous-échelles de l’outil. Les résultats confirment la structure tri-factorielle, mais remettent en question l’inclusion de l’accomplissement personnel dans la conceptualisation et la mesure de l’épuisement professionnel. Cependant, cette conclusion est mitigée par la présence avérée d’un « effet de formulation » (l’ajout d’un facteur latent associé à tous les items négatifs améliore l’ajustement aux données). Celui-ci nuit dès lors à la mise en évidence des « vraies » relations entre construits (biais dans le test du modèle tri-factoriel théorique). De ce fait, le développement d’une nouvelle version du MBI-HSS utilisant des échelles bipolaires est recommandé, option méthodologique pouvant permettre de lever cette ambiguïté. Enfin, ces analyses indiquent que la suppression de deux à cinq items est requise pour optimiser l’outil, une version en 17 items apparaît en tous les cas plus adaptée dans un contexte français (suppression des items 6, 12, 13, 16 et 22).
Voir l'article sur Cairn.info