Study of driver trust during cooperation with adaptive cruise control

Par Bako Rajaonah, Françoise Anceaux, Fabrice Vienne
Cet article a pour objectif d’analyser la confiance du conducteur pendant sa coopération avec un régulateur de la vitesse intelligent (Adaptive Cruise Control ou ACC). Le cadre théorique de référence est celui de la Coopération Humain-Machine. L’idée principale qui a guidé notre travail est que dans un système humain-machine coopératif, la confiance dans la coopération avec la machine est l’élément déterminant des interactions de l’opérateur avec la machine. Nous avons effectué une expérimentation sur un mini-simulateur de conduite et en utilisant un ACC dont la vitesse et l’interdistance de consigne étaient pré fixées respectivement à 130 km/h et 1,5 s. Une présentation sur diapositives de ce qu’est un ACC a été élaborée. 23 conducteurs ont participé à l’expérimentation, âgés en moyenne de 26 ans et titulaire du permis de conduire depuis six ans en moyenne. Les participants ont visionné une présentation sur diapositives sur ce qu’est un ACC puis ont répondu à un questionnaire destiné à mesurer la confiance avant interaction avec le dispositif. Après les essais de familiarisation avec le simulateur et avec l’ACC, les participants ont passé trois essais expérimentaux identiques, le dernier se distinguant par la présence de brouillard. Un deuxième type de questionnaire sur la confiance après interaction avec l’ACC était complété après chaque essai. Les variables dépendantes étaient les scores aux questionnaires, le nombre de désactivations de l’ACC, le pourcentage de temps d’utilisation du dispositif et la vitesse moyenne. Les résultats montrent que le conducteur a un certain niveau de confiance avant même de commencer à conduire avec l’ACC. Globalement, il semble que les interactions avec l’ACC peuvent s’expliquer par une confiance, globale mais non spécifique, dans la coopération conducteur-ACC, celle-ci résultant d’une combinaison de deux types de confiance spécifiques: la confiance dans l’ACC et la confiance en soi. Seule la confiance dans l’ACC semble être affectée par le brouillard, la confiance globale dans la coopération conducteur-ACC ayant tendance à s’améliorer avec l’expérience du dispositif malgré la présence de brouillard. La discussion est axée sur la faiblesse de la méthode utilisée ainsi que sur les implications des résultats obtenus sur l’apprentissage de la coopération avec les aides à la conduite.
Voir l'article sur Cairn.info