Transcultural validation of the perceived person-environment fit scale in a French context

Théories et méthodologies
Par Marie Andela, Margot van der Doef, Florent Lheureux
Validation transculturelle de l’échelle d’adéquation de la personne à son environnement dans un contexte françaisL’objectif de cette étude était de tester la validité du modèle et de la mesure multidimensionnelle de l’adéquation de la personne à son environnement de travail élaborée par Chuang et al. (2016). Notre objectif était de tester cette validité dans un contexte français. Cette approche multidimensionnelle distingue quatre types d’adéquation : l’adéquation personne-activité, l’adéquation personne-groupe (de travail), l’adéquation personne-organisation (de travail) et l’adéquation personne-supérieur. Les études analysant simultanément les effets respectifs de ces quatre types d’adéquation sont rares et se basent généralement sur différentes mesures ne bénéficiant pas des mêmes procédures de validation. À notre connaissance, seule, la récente échelle d’adéquation de la personne à son environnement de travail (PPEFS, Perceived Person-Environment Fit Scale) élaborée par Chuang et al. (2016) présente l’intérêt d’évaluer conjointement ces quatre dimensions de l’adéquation. Cependant, celle-ci a seulement été utilisée sur des populations non-européennes. De ce fait, la validité transculturelle du PPEFS n’a pas été testée. Dans cette étude, nous avons donc appliqué les méthodes de validation transculturelle d’instrument de mesure afin de valider une échelle française du PPEFS. Au final, 571 employés français de différents secteurs d’activité ont répondu à un questionnaire comprenant les items traduit du PPEFS, le burn-out, la satisfaction au travail et les intentions de quitter son emploi. Les analyses factorielles confirmatoires reflètent la structure multifactorielle et super-ordonnée du modèle initial. Par ailleurs, chaque dimension de l’adéquation de la personne à son environnement de travail est associée à au moins une variable de santé au travail (satisfaction, burn-out ou intention de quitter son emploi). Ceci permet de confirmer la validité externe de chacune des dimensions.
Voir l'article sur Cairn.info